L’endurance et la force mentale, comment rester motivé ?


Devenir un vrai juriste, Ma vie d'étudiante / samedi, septembre 29th, 2018

Tout d’abord, avant de se plonger dans le sujet, je tiens à m’excuser pour mon absence ces dernières semaines. Comme tu le sais peut-être j’ai passé l’examen d’entrée à l’école d’avocat et j’ai commencé il y a deux semaines maintenant un nouveau job de AML/KYC officer au Luxembourg (pour en savoir plus cf mon dernier article). J’étais donc méga occupée, mais ce n’est pas pour autant que je t’oublie, loin de là ! 

Pendant cette petite pause, j’ai eu le temps de bien réfléchir aux problématiques récurrentes dans les questions, mails et messages que vous m’envoyez régulièrement. Il est évident que beaucoup d’entre vous traversent des périodes de doute pendant leurs années de droit, perdent parfois la motivation ou ne parviennent pas à la garder tout au long d’une préparation comme celle pour le CRFPA ou l’ENM par exemple. Je dois dire que cela a été mon cas aussi, mais j’ai toujours pu, ou plutôt su, retrouver le droit chemin haha. Bon, déjà, on ne va pas faire de psychologie, je te rassure ce n’est pas mon kiff, on va plutôt faire un peu de développement personnel. À mon sens, la motivation découle de 3 étapes : 1 la confiance, 2 le but, 3 l’optimisme. Voilà les trois clés de la motivation et on va en parler maintenant. 

I. La confiance

La toute première chose pour avancer sereinement et garder un mental d’acier, c’est d’avoir confiance en soi et en ses capacités. Alors oui, je conçois que ce n’est pas l’étape la plus facile … Mais c’est primordial. Attention, je parle de confiance en son travail, en ses capacités, en son talent, pas de confiance en soi au sens du physique, de sa capacité à séduire, etc… Ce sont deux choses qu’il est important de distinguer. On peut très bien avoir une vraie confiance en soi au niveau pro et pas du tout au niveau perso ! 

Cette étape-là résulte d’un travail sur toi-même, tu dois te persuader d’être bon, de faire systématiquement de ton mieux et te dire que si d’autres peuvent, toi aussi, tu peux ! Tu as 17, 19 ou 25 ans la vie est devant toi, tu es encore un « poupalé » comme on dit chez moi, une petite chose fragile encore mouillée derrière les oreilles … Ta vie, tu peux et tu dois la construire maintenant, c’est maintenant que tout se joue ! Ce n’est plus à 40 ans que l’on construit son avenir ! Ne crois-tu pas que Spartacus avait confiance en sa force et en ses armes avant de partir au combat ? Même s’il savait que l’ennemi était bien plus fort que lui 

II. Le but

Ça va paraître concon, mais comment être motivé si tu ne sais pas où tu vas ? Comment trouver la force et le courage si tu ne sais pas pourquoi tu le fais ? Ça n’a aucun sens ! Tu te dois donc de savoir pourquoi tu fais tout ça, pourquoi tu vas tous les matins à la fac, pourquoi tu fais du droit… Alors évidemment, je ne te demande pas de me faire un plan de carrière sur 20 ans, non, ça va encore changer 15 fois. Mais je te demande de te fixer un but qu’il soit à court ou long terme et d’y repenser à chaque fois que tu doutes. Ça peut être avoir un M2, être avocat, ouvrir un cab à la playa, être président de la République peu importe, mais il faut que ce soit réalisable quand même… Sinon, c’est un rêve, pas un but !  

Ce but va fonctionner un peu comme un post-it, une petite chose qui te rappelle à chaque moment de doute pourquoi tu te bats. Encore une fois sans but, on ne fait rien, c’est la seule chose qui nous fait avancer ! Réfléchi bien à ça, convaincs-toi de ce que tu veux et plus jamais tu ne connaîtras la démotivation .. Garanti, satisfait ou remboursé !

III. L’optimisme

L’optimisme, c’est voir le verre à moitié plein, c’est se dire que tout va bien se passer. C’est un trait que tu dois imprimer dans ton cerveau parce qu’en étant optimiste même une mauvaise note, même un prof de m****, même un échec, ne te fera jamais reculer. C’est ton glaive, ton arme à la Spartacus, la chose qui te rend insensible à toutes les agressions extérieures. En étant optimiste, tu deviens imperméable au malheur, tout arrive pour une bonne raison ne l’oublie pas ! C’est quelque chose que j’ai su voir seulement il y a peu, c’est difficile de voir le bon côté des choses, mais je t’assure ça change la vie ! Essaie de te rappeler des mauvaises choses qui te sont arrivées et réfléchis ensuite à où tu en es maintenant. 
Pour ma part, c’est bien simple :
 j’étais dans un lycée horrible avec des débilos du coup je voulais partir loin à mes 18 ans – je suis allée à Aix en Provence : mauvais donne bon. 
 j’ai eu une tumeur au genou, j’ai dû quitter Aix – je suis arrivée à Nancy – c’était une année horrible – je suis allée à la Sorbonne : mauvais donne bon et depuis tout s’est enchaîné, j’ai rencontré mon mentor qui m’a prise sous son aile, j’ai découvert la compliance, et je suis là où j’en suis aujourd’hui !

Outre de l’optimisme, il faut surtout relativiser, il faut se dire que si d’autres ont pu le faire toi aussi, tu peux le faire ce n’est rien d’extraordinaire. Surtout, il faut démystifier les choses, arrêter de se faire une montagne de choses qui ne le sont pas ! En respectant toutes ces étapes, en ayant confiance en toi, en te fixant un but et en restant toujours positif, je te garantis que tu n’oublieras plus jamais pourquoi tu fais tout ça et que ça te portera peu importe où tu veux aller !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
9 − 2 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.