Oh joie ! Les partiels !


Méthodologie de travail / lundi, décembre 11th, 2017

J’inaugure aujourd’hui avec toi notre nouveau support de communication: mon blog. J’espère que cela te plaira et qu’on pourra reprendre, après cette petite pause, notre aventure là où on l’avait laissée. Comme tu le sais, les partiels arrivent à grands pas, il est donc temps d’en parler. A 15 jours de noël, du foie gras (ou pas) et des cadeaux, de plonger à corps perdu dans les révisions, je sais que c’est compliqué. Évidemment, normalement, je dis bien « normalement », tu es sensé avoir bossé tout au long de l’année, tout ça tout ça. Mais, j’étais à ta place il n’y a pas si longtemps et je sais que c’est un voeu pieux. À part pour les TDs, où là, galops d’essais aidant, tu n’avais pas le choix !!

Je sais que l’organisation de ces fameux examens diffère d’une fac à l’autre. Chez certains on fait tout avant les fêtes avec une semaine de pause entre grosses et petites matières, et chez d’autres on fait les matières de TD avant les fêtes et les petites matières après. Quoiqu’il en soit je vais te donner quelques trucs qui ont bien fonctionnés avec moi pour arriver confiante et détendue aux examens, et accessoirement, tout exploser. Tout d’abord, il est important d’évaluer sa capacité de travail. Moi, par exemple, j’arrivais sans soucis à bosser 10 heures par jour, d’autres qui ont des obligations professionnelles ou familiales ne le peuvent pas et c’est normal. Ensuite il s’agit de bien répartir le travail dans sa journée. Je m’explique, faire du 4 heures non stop ça ne sert à rien. Le but c’est de se faire 1 heure 30-2 heures mais en mode sérieux, sans téléphone, sans Facebook, sans les Marseillais à Miami en fond sonore. Ensuite, 1 heure de pause ou de sieste. Personnellement je conseille la sieste, ça m’a beaucoup aidé à fixer les choses lues et relues dans ma mémoire.
Par exemple mon rythme était le suivant :
10h-12h : travail
12h-13h : repas
13h-15h : travail
15h-16h : dodo
16h-18h : travail
18h-19h : un diner presque parfait
19h-20h : travail
20h-21h : repas
21h-23h : travail
23h-1h : Netflix
Dodo

Ensuite il s’agit de partager son temps entre plusieurs matières, mais pas trop non plus ! Il ne faut pas que tu commences à tout mélanger. Le bon rythme c’est deux matières par jour, sur trois ou quatre jours. Une le matin, une l’après midi et relire les deux le soir. Exemple : je bosse droit des contrats le matin, histoire du droit l’après midi, et je relis ce que j’ai fait dans les deux matières le soir. Tu peux par exemple faire deux jours pour la partie 1, deux jours pour la partie 2. Mais tout est modulable en fonction de la longueur, de la difficulté et de l’amour que tu ressens dans ton petit cœur pour le cours en question. En bref finances publiques par exemple, deux jours ça suffit sous peine de terminer en burn out.Voilà pour le « programme », encore une fois tu peux tout moduler suivant le temps qu’il te reste pour bosser, suivant tes calculs stratégiques etc. En effet s’il est de notoriété publique qu’un prof ne met jamais au dessus de 5 (et ça existe) ce n’est pas la peine de passer quatre jours sur le cours. Utilise plus de temps pour un cours où tu sais que tu peux vraiment avoir une super note !

 Parlons maintenant des petits aides mémoire. Il y a toujours des choses qu’il convient de connaitre par coeur. Certains profs demandent de connaître les articles, sinon il faut connaitre les jurisprudences/dates importantes. Il faut aussi apprendre quatre ou cinq citations ou adages pour les deux grosses matières de TD, afin d’en faire de belles phrases d’accroche ou de transition ! Eh oui les gars y’a du taff …. Alors là c’est très simple. Tu te prends une petite feuille, un petit stylo et tu fais une fiche « JP », une fiche « adages » et une fiche « articles ». Évidemment ceux du cours, ET des TDs, ET des manuels que tu as pu lire. Et tu apprends, comme la poésie du mardi au CP, tu apprends. Tu fermes les yeux, et tu récites. Si les JPs sont dans le code, alors évidemment ce n’est pas la peine. Il y a une chose que tu dois avoir à l’esprit, le cours, tout le monde l’a. Tout le monde peut l’apprendre. Le prof en question va avoir 300, 400 copies à lire, voir plus. Alors comment te démarquer ? Comment passer d’un 12 « c’est bien tu as bien appris mon cours » à un 15 « bravo t’as bien taffé »? C’est très simple. Les adages en premier lieu, c’est pas pour rien que je t’en ai mis toute une liste dans mon livre ! Entre celui qui va te sortir la phrase d’accroche la plus basique du monde, et celui qui sort une citation de Beccaria ou un adage ancien il n’y a pas photo. Et ne te limite pas juste à la phrase d’accroche, tu peux en inclure dans tes développements, mais avec talent et parcimonie, il ne faut pas non plus faire du Shakespeare. Il faut juste arriver à décrocher un sourire au prof qui te lit. Autre moyen, tu peux trouver des courants de doctrines, des débats entre auteurs, des théories, dans les manuels, qui se rapportent à tes cours. Tout ce que tu pourras mettre en plus, fera grimper ta note. C’est là qu’on fait la différence entre celui qui apprend et celui qui s’intéresse.
À l’examen, conseils de base : bien écrire, ne pas faire de rature, ne pas souligner avec les couleurs de l’arc en ciel ni faire des coeurs à la place des points sur les « i », bien se relire, aérer la copie en faisant des paragraphes et en sautant des lignes, ne pas oublier les alinéas, etc… Avec tout ça tu es prêt pour le combat, prêt pour me finir ton semestre sur les chapeaux de roues !

Maintenant, va travailler !